Mes compétitions

De bas en haut sur la cyclosportive de Bonneville

Capture

Samedi matin, réveil à l’aube et me voilà en route pour la cyclosportive au départ de Bonneville. Une cyclosportive, raccourcie à 120km (initialement 130km). Je récupère mon dossard au gymnase de la ville et me rends au point de départ. Comme à mon habitude, je suis en avance. Au point que l’arche du départ n’était pas encore installée.

IMG_2554.JPG

08h30, après un débrief de course, le départ est lancé. Un peloton de 200 cyclistes se lance. Je me place en queue de peloton et admire le peloton avancé. En triathlon, je n’ai jamais eu l’occasion de rouler en groupe. Alors, j’observe. L’ambiance est excellente; la police municipale ouvre la voie, des coups de sifflet retentissent façon gendarmerie au tour de France devant chaque obstacle. On s’y croirait !!! D’autant plus, qu’une partie du parcours sera emprunté par les pros le jour suivant lors du Dauphiné libéré.

Sur les premiers 10km, le peloton avance bien. Très bien même. Je regarde la Garmin et vois afficher 50km/h en vitesse réelle. Je prends peur. A ce rythme, je ne tiendrais pas 120km. Au bout de ces 10km, nous quittons la route départementale, et entamons une première cote. Le peloton est dispersé. Les cadors maintiennent l’allure. Je ne les reverrais plus. Et plusieurs petits groupes se forment.

Me voilà dans un groupe d’une petite dizaine de cyclistes. L’allure est la mienne et je ne cherche pas à faire plus. La route est longue. Pour me préparer au mieux à l’Ironman, pas question de rester 120km dans la roue d’un autre. Je roule en tête. Qui m’aime me suit !!

Col-de-l-Avernaz3.jpg

De villages en villages, sur des routes de campagne, nous commençons la première ascension. Le groupe explose de nouveau. L’ascension autour de 8% est longue et le soleil commence à faire son effet. Je passe en mode hydratation toutes les 5-10 minutes. Pendant l’ascension, un cycliste que je double me dis « Hey Bonk, je connais …. ». Le monde est petit, celui des Ironman ou des Ironman en devenir encore plus. Finalement, nous aurons roulé 60km ensemble.

Après 60km d’ascension, et de plats, avec 4 cyclistes avec qui nous sommes restés ensemble, le parcours va redistribuer les cartes. A droite, ceux qui font le parcours de 120km et à gauche ceux qui font le parcours de 90km. Je vire à droite, et regarde derrière moi qui sera de la partie. Ouf, je ne suis pas seul. Un autre cycliste vire à droite et 3 autres sont devant moi. Rouler seul est un peu monotone. Le fait de rouler à plusieurs me motive et me pousse à sortir de ma zone de confort.

Sur cette deuxième partie de parcours, nous reprenons le même tracé que la 1ère partie et faisons face à une seconde ascension. Celle-ci me parait plus difficile. J’ai 70km dans les jambes, et la chaleur est plus prenante. Et j’ai l’impression que mes nouveaux camarades sont plutôt à l’aise en montée !! On ne les quitte pas, on garde le rythme. L’ascension faîte, place à la descente, et à 30km de plat jusqu’à la base du plateau de Solaison. Sur les 30km de plat, un cycliste et moi, nous entendons à merveille. Sur un bon 35km/h, nous nous relayons et faisons front au vent de face.

Un ultime virage, et nous voilà en bas du plateau de Solaison. Se dresse une montagne dont on ne voit pas le sommet. Dans le brouillard !! Je le regarde et lui dis: « on va la haut ?? » Un signe de tête qui en dit long. Dans 11km, ce sera l’arrivée, mais je n’arrivais pas à imaginer qu’en 11km, il était possible d’arriver si haut. Après un premier virage, un panneau « 10% ». Nous y sommes.

860_etape_8_solaison.jpgChacun à son rythme, objectif arriver en haut et passer l’arche. Je ne rentrerai pas dans le détail de ces 11km qui auront été les plus longs et difficiles. Le sentiment d’aller plus vite à pieds, des passages à 14% une moyenne à 9,2%. Le tout en plein soleil sous 30°C.

Après 5km d’ascension à 11%, je craque au panneau 4km. Je n’en peux vraiment plus, et le fait de relire 10% sur le prochain km m’achève. Je vois des cyclistes devant moi pied au sol, d’autres en danseuse,….Je pose alors le pied et passe un coup de fil à ma Sara. Besoin de réconfort, d’entendre une voix familière, sa voix.

Après quelques secondes de réconfort et d’encouragement, je remonte en selle et repars motivé comme jamais. Mais après une bonne centaine de mètres roulés, rebelotte. On se reprend un mur. Le moral en berne !! Alors je décompte chaque kilomètre. Les habitants et supporters du Dauphiné de demain nous encouragent. Les cloches retentissent, d’autres nous tendent des bouteilles d’eau. Les caravanes sont nombreuses le long de ces derniers kilomètres. Je me sens moins seul. Et le parcours est plus roulant, moins raid.

A 1 km de l’arrivée, je double un cycliste. Il était aussi mal que moi mentalement. je lui glisse le traditionnel « Allez, on a fait le plus dur ». Sa réponse est à l’image de la difficulté « J’y croirais qu’en haut !! ». Au loin, j’aperçois l’arche d’arrivée. Enfin !! Une dernière côte, et j’y suis.

A l’arrivée, remise de la médaille finisher. KO assis sur le vélo !! L’organisateur me parle. Je l’entends mais ne l’écoute pas.  Je suis sans force. Les finishers ayant fini juste avant moi sont allongés sur le coté. Nous l’avons fait. Maintenant, direction le chapiteau pour un plateau repas qui nous attend.

IMG_2560.JPG

C’est aujourd’hui, pour moi, la première épreuve où j’ai eu un tel ascenseur émotionnel. Si, je m’étais inscrit pour rouler et enchaîner des sorties supérieures à 100km avec dénivelé, cette cyclo m’aura permis de connaître ce qu’est avoir un mental à 0. Et m’aura permis d’aller chercher au bout de moi la ligne d’arrivée. Je comprends maintenant l’importance des proches sur un IM. La famille est dore et déjà prévenue.

En attendant l’Ironman, je savoure cette cyclo. Une organisation à l’image de la difficulté du parcours. Ma plus dure épreuve, mais aussi ma plus belle…..

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.