Mes compétitions

Retour sur le Ventouxman (L)

sportograf-125316156

Il y a deux ans, je devais m’élancer sur cette édition. Mais à cause de mauvaises conditions météo, le triathlon avait été annulé le jour J. Alors, c’est en guise de revanche que je m’élance sur édition 2018.

SWIM

sportograf-125315046.jpgLes vélos déposés la veille, nous avions accès au parc à vélos pour les derniers réglages. Puis, après quelques minutes dans le parc, nous sommes invités à rejoindre la zone de départ. Le départ est donné dans l’eau. Une première pour moi, que je salue car le fait d’être tous à l’eau va limiter la bagarre. Enfin, c’est ce que je pensais !!

La corne de brune retentit et c’est parti pour cette édition 2018. Nous nageons en direction de la 1ère bouée tous regroupés.

Dès les premiers coups de bras, je sens de l’eau dans mon masque. Hantise !! Je prends l’eau. Ce que je redoute à chaque départ. A ce moment-ci, je sens que la natation va être un véritable calvaire. Et en effet, à chaque coup de bras, je suis obligé de m’arrêter, me mettre sur le dos, vider mon masque. J’ai pesté, vraiment pesté !! Ce que j’ai reproduit pendant 1km500. Allez expliquer !! Ce n’est que dans les 500 derniers mètres que mon masque ne fuyait plus. Trop tard !!

 

BIKE

sportograf-125312223Après une natation en 45′ et une transition en 2′, je grimpe sur le vélo. Et confirmation du triathlon de la Ciotat, je ne suis pas malade (pas de maux de ventre). Je me dis que tout est encore possible.

Avant de retrouver la route principale, nous avons 2-3km de chemin goudronné. Et confirmation, je suis bien.

Avant de rejoindre le pied du Ventoux, nous avons 65km de route à parcours. Je roule, et roule sur mes prolongateurs. Puis, je chante. Je suis dans ma bulle: la bulle du bonheur absolu. Vitesse moyenne de 30km/h. 

Au pied du Ventoux, à Bédoin, je m’arrête au ravitaillement pour faire le plein des bidons. Impensable pour moi de grimper le mythique à vide.

C’est parti pour 22km d’ascension.sportograf-125312939

Sur cette ascension, que dire !! Il fait chaud et c’est raide. lol

Je m’accroche et vise uniquement le châlet Reynard dans un premier temps. Je sais qu’après le chalet, le dénivelé sera moins important et que seul le mental fera la différence.

Pour le moment, les jambes sont là et j’alterne entre ma selle et la danseuse. Je garde le rythme.

Le chalet Reynard est là, je retrouve mon ami Thomas, et continue sur ma lancée. Je ne m’arrête pas au ravitaillement par peur de casser ma dynamique. Je continue donc et regarde ce sommet pointer le bout de son nez malgré le brouillard. Nous sommes à 1900m, il fait frais, et sommes à découvert. Contrairement à la première partie, où nous sommes dans les bois, je me sentais abrité du vent et avais le sentiment d’avancer. Là, dans les cailloux, j’ai la nette impression de faire du surplace. Cette antenne est toujours aussi loin !! Pour moi, cette seconde partie était la plus dure. Psychologiquement parlant. Physiquement, la difficulté reste la même.

sportograf-125314776

A 1km du sommet, et avec cette même sensation de ne pas arriver au bout du sommet, j’en profite pour mettre mes manchettes. La descente va être fraîche. Et puis, je m’occupe l’esprit sur ce dernier km.

Arrivé au sommet, me voilà satisfait. L’ascension du Ventoux est faite: une bonne chose !!

Place maintenant à la descente. Lors de cette descente, le vent souffle. Il faut redoubler de vigilance. Redoubler car je je ne suis pas bon descendeur et un grand spécialiste des chutes en mode tout schuss !!

Alors sur ces 5km de descente, je ne pédale pas et essaye de m’étirer sur le vélo. Il va falloir être souple et avoir les jambes pour enchaîner le trail de 20km.

RUN

 

Me voilà au parc à vélos, changement de chaussures et c’est parti !! Étrangement, je me sens encore bien. Comme poussé !! Sur la course à pieds, il y a une partie en chemin et une seconde sur bitume. La partie en chemin était pour moi difficile à cause de mes chaussures. Elles n’étaient pas cramponnées et je glissais vraiment. Les conditions sont proches du cross (boue, cailloux,…). Et puis, faut l’avouer, j’ai oublié mes chaussures en venant (#idiot). La partie bitume était pour moi parfaite pour relancer et rattraper le temps perdu. sportograf-125307997.jpg

Après un tour, puis deux, je me lance sur le troisième tour. Normalement, le plus dur mentalement.

Je suis toujours aussi bien et reste dans ma bulle jusqu’au dernier tour. Où, j’accélère même sur les derniers km. Quel plaisir !!

D’ailleurs sur ces 4 tours de 5km, mon temps a été le même à quelques secondes près.  Réglé comme une horloge !! 

Mes 4 chouchous autour du bras, dernier sprint jusqu’à l’arrivée. Job is completed, I am finisher !!

sportograf-125323771

 

Post course: Sur ce triathlon, j’ai pris du plaisir (hormis la natation mais c’est oublié). Une première !! Ce ventouxman restera une référence. Vraiment !! J’étais dans ma bulle, je chantais sur le vélo. Puis, pour la 1ère fois, mes parents étaient là m’encourager. Tout un symbole !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.